Accueil > L’oeuvre de Philippe Ariès > Les ouvrages de Philippe Ariès > Histoire des populations françaises (1948)

Fiche résumé, épreuve sur dossier, démographie, population

Histoire des populations françaises (1948)

samedi 16 janvier 2010, par Guillaume Gros

Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le XVIIIe siècle, Paris, Self, 566 p. Rééd., Seuil, 1971, coll. "Points" (version abrégée).

 Pour comprendre le choix précoce des Mentalités par Philippe Ariès il faut revenir à son Histoire des populations françaises, ouvrage paru à l’origine, aux éditions Self, en 1948 mais qui avait été rédigé entre fin 1943 et 1945. Tout à la fois une histoire de la population et une histoire de la démographie française, l’objectif de cette somme de près de 600 pages est de saisir les « changements plus profonds et plus secrets de la mentalité humaine, de l’idée que l’homme se fait de lui-même » [p. 13].

 Alors que la première partie est composée de monographies régionales, la seconde est centrée sur les attitudes avec les chapitres « L’enfant dans la famille », « Les techniques de la vie », « Les techniques de la mort ».
La question qui parcourt l’Histoire des populations françaises est de déterminer à quel moment les hommes n’ont plus adopté à l’égard de la vie une conduite spontanée et quasi primitive dans leur rapport avec les naissances pour choisir une attitude raisonnée, ce passage d’une civilisation de l’instinct à une civilisation raisonneuse qui tend vers le malthusianisme. Cette révolution s’opère sur fond de progrès et de révolution des techniques. Le questionnement de Philippe Ariès, trouve sa source dans le contexte de l’Occupation, moment crucial dans sa vocation d’historien et dans la genèse de ses choix historiographiques.


 L’Histoire des populations françaises trouva un écho important dans les publications de l’Institut national des études démographiques [Ined] où Philippe Ariès fut soutenu par Alfred Sauvy ou Louis Chevalier.

 Cependant, il doit attendre sa réédition grâce à Michel Winock, au Seuil, dans la toute jeune collection « Points histoire », pour accéder à une certaine notoriété mais dans une version abrégée (1971).